La Maison Gunther - Extraits

Nous avions, Betty Goodwin et moi, entre autres affinités, une affection pour des poupées de collection.  A chacune nous attribuions des identités : Jessica, Gretchen, Bela, Georgina.  Betty les photographiait ou les dessinait; occasionnellement exposées à la galerie.

Nous étions en 1971-72, notre amitié naissante se consolidait.  «une vraie rencontre» disait Betty.

En 1996, sans surprise, quelques-unes des poupées réapparurent dans des rôles différents plus élaborés.
Pendant la rénovation d’une propriété de Richmond, dans les Cantons de l’est, littéralement arrachées des murs, du plancher, et du grenier, des œuvres nouvelles de ma production semblaient raconter les bribes d’une histoire, celle de Jessica.  R.B.

Pour sa troisième représentation, les œuvres de « La maison Gunther – extraits » seront présentées à la galerie.  Cette fois, Roger Bellemare a voulu que ce corpus de production soit accompagné par des photos de poupées de Goodwin et des dessins de sa main, provenant de la collection de la galerie.

Ces images témoignent de leur amitié et affection pour ces objets de mémoire que furent ces poupées, sorte de fil d’Ariane, dans leurs parcours respectifs d’artistes.

De vingt-cinq ans en vingt cinq ans, elles réapparaissent comme le précieux témoignage en écho d’une amitié qui dure. C.L.

"Ne serait-ce pas dans la poupée qui, malgré sa doctrine accomodante et sans borne, s'entourant d'une réserve désespérante, ne serait-ce pas dans la réalité même de la poupée, que l'imagination trouverait ce qu'elle cherchait de joie, d'exaltation et de peur?"   Hans Bellmer