Jérôme Bouchard: "Ce qui se trame derrière les terrils"

Exposition présentée dans le cadre de la programmation satellite de MOMENTA 2021

C’est à partir de ses récentes résidences d’artiste (Japon, Belgique, France) et en dialogue avec son récent environnement de travail à Liège aujourd’hui sinistré par les inondations de juillet 2021, que Jérôme Bouchard propose cette exposition portant sur l’anthropisation de nos paysages.

Combinant des procédés en peinture avec des procédés utilisant des machines-outils à commande numérique, Bouchard ouvre « un espace négocié humain/machine où se joue une relecture de nos modes de représentation portant sur l’environnement ».

C’est en altérant la matière avec des dépôts de fumée, des grattages ou des perforations que l’artiste revisitent des procédés qui ont marqué la pratique de la peinture depuis la seconde moitié du XXième siècle. Cependant, c’est un tout autre travail que propose Bouchard en détournant ces codes dans une approche qui intègre volontairement des méthodes dites plus objectives entre science et art : réinterprétant la traduction de données géographiques portant sur les bordures de la Meuse en Belgique vers l’exercice pictural. Ramenées dans le « champ de la peinture », les données géographiques donnent à voir des « territoires enfumés » qui n’ont plus aucune prétention de visualisation objective et dont la couleur devient un élément central : « mon exploration vise à découvrir ce qui advient après les multiples transformations et traductions que je fais subir aux surfaces. La couleur ne provient jamais d’une application directe, je cherche celles qui émergent par les côtés, par les dessous ou selon mon déplacement devant le tableau en dialogue avec le contexte ». 

L’artiste tient à remercier chaleureusement le Conseil des arts du Canada, M. Pierre Hallot professeur à l’Université de Liège, M. Bryan Stepien directeur du FabLab de Liège (Relab) et M. Richard Gagnier chef de la restauration au Musée des beaux-arts de Montréal.