Maclean: Parallaxe

parallaxe
nom féminin
(grec parallaksis)
• 1. Angle formé par les droites qui joignent un point déterminé de l'espace à chacun des deux yeux, ou à chacune des deux oreilles.

parallax
par-uh-laks ]
noun
the apparent displacement of an observed object due to a change in the position of the observer.

Déclaration
Navigant dans une abondance fortement industrialisée, je propose ici ces transformations, telles qu’elles me sont venues à l’esprit.
D’abord, cela commence par la matérialité des choses. La banalité pure et simple. Les détritus. Étourdi, on ferme les yeux… puis on les rouvre, un à la fois.
Ensuite, on rêve de l’espace, on flotte autour du soleil, on rappelle les étoiles.
Astronomie, astrologie.
On embrasse.
On repousse.
Double mouvement de la vie.
Drame de la créativité. Comédie du succès. Tragédie du progrès. Farce des points de vue multipliés.
Pour le dire en termes plus généraux, je présente deux approches divergentes mais en quelque sorte entrelacées.
Pour célébrer
La parallaxe.

Le poème
C’est un souhait, un espoir, peut-être un rêve,
que de convoquer un point de vue.
Mais qu’en est-il de l’interprétation ?
Un déploiement d’idées déborde sur le canevas,
Qui cherche son unité dans une vision.
Pourtant, que voyez-vous ?
Et comment le saurais-je ?
Dire « ART »
S’arrêter,
Puis dire
Ce n’est même pas une toile ! 
Enfin, sachant à quel point nous sommes séparés…
Doit-on se demander si les points de vue ne servent qu’à créer une illusion de profondeur ?
La profondeur et la distance elles-mêmes ne laissent-elles que la parallaxe comme unique  moyen de se rejoindre ?
Est-ce que l’œil gauche voit ce que l’œil droit raconte ?
Un univers peut bien être un paradis
Et le plafond un ciel.
La métaphore est-elle toujours si nécessaire ?
Ou encore, le mur dénudé nous tend-il un miroir ?